Une ville, deux continents, trois noms et une multitude de civilisations. Rien de trop pour Istanbul, ville pleine d’histoire, où la vie semble ne jamais s’arrêter. Un peu d’histoire : fondée au VIIe siècle avant J.-C., la ville s’appelle alors Byzance, c’est une cité grecque. En l’an 330, elle devient la capitale de l’Empire romain d’Orient et prend le nom de Constantinople. Enfin en 1930, la ville est baptisée Istanbul.

Je commence ma visite par la célèbre Mosquée bleue. Elle est impressionnante mais de nombreux travaux de restauration sont entrepris et des échafaudages cachent une bonne partie de l’édifice.

A la sortie de la Mosquée bleue. Ça vaut la peine de lire.

Puis départ pour la basilique Sainte-Sophie, devenue mosquée puis musée.

Ballade entre les deux édifices, nous sommes bien protégés.

Je déambule dans la ville pour me rendre au Bazar aux épices (et tout ce qui peu se vendre).

Enfin je fais le touriste et effectue, en fin d’après-midi, une petite croisière sur le Bosphore.

En me rendant au restaurant, je tombe sur un concert pour la démocratie, avec des dizaines de milliers de personnes soulevant des drapeaux turcs. Depuis juin 2019, le Parti républicain du peuple, associé avec les autres partis d’opposition, dirige Istanbul.

print